«d’égouts et des couleurs»

 

Thème et variations sur les plaques d’égouts, reproduites par empreinte sur des toiles de couleurs vives. Cette série aux allures « pop art » joue sur les géométries parfois surprenantes du décor urbain, sur ces dessins d’une infinie variété composant à leur manière l’identité d’une ville. Force brute du métal. Art de la rue, du caniveau, des eaux sales, dont on ne perçoit plus les étranges graphismes, tant ils sont familiers. Alliance parfaite de la forme et de la fonction. Motifs banals, industriels, fonctionnels, qui se font tout à coup peinture abstraite.

Plasticien, créateur de mobiles, auteur d’installations durables ou éphémères, Jean-Marc Aguilar est de ces artistes qui aiment explorer sans frontières diverses formes d’expression.

 

Travaillant le béton comme la plume, le métal comme le bois ou la toile, il a su se créer un univers à fois rude et tendre, brut et poétique. Un monde où les matériaux de récupération retrouvent une seconde vie, où les vieux moteurs se remettent à tourner – pour d’autres missions. Une plage où les sculptures s’animent avec la complicité du vent, où les mobiles vivent leur vie au moindre souffle. Un bestiaire où se côtoient poissons, oiseaux et autres animaux familiers ou fabuleux.

 

Né en 1962, Jean-Marc Aguilar découvre avec son père chef d’atelier l’univers fascinant de la mécanique industrielle, avec ses métiers, ses machines, ses outils et ses matériaux. Il en garde la passion de chercher des solutions techniques, d’élaborer de nouveaux mécanismes et de les fabriquer de ses mains. Il suivra ensuite une formation dans une école de mécanique, puis collaborera avec des gens de théâtre et de cinéma, notamment pour la création d’accessoires.